JEAN-LUC GODARD
POETE

Notice biographique - Bibliographie - Extraits d'ouvrages - Critiques - Liens
Ventrifuge - Cosmogonie - Laisse en ciel - Cris de corps mourants
Affréter son regard - L'âme ses noces - Elles - Non-lieu

EXTRAITS
Ventrifuge (88-89)


J'ignorais ton prénom

mais
je savais déjà
de quel arbre descendrait ton corps
de quel soleil neigeux il serait fauché

je savais
de quelles berges jailliraient timides tes mains

de quelle fleur glisseraient tes lèvres
je savais

je savais déjà
quelle mer approfondirait tes yeux

de quelle voûte sereine
se détacherait ton front

et malgré l'attente
l'éblouissement

comme face au soleil
dont on croit connaître les châteaux les prairies
dont on croit avoir bu jusqu'à la lie
toute la frénésie



Mes yeux dans les tiens
et je change de silence

l'écureuil de tes prunelles
un instant se fige surpris

un battement d'aile qu'il esquisse encore
mais à peine
il se rappelle les veines de ses mains

fleur de mes branches enfin
- ses amandes en offrande
il accepte l'assonance -
nous respirons le soleil de nos tempes

tes yeux dans les miens chaque dimanche
et nous rebaptisons
nous rhabillons le silence

Extraits de

Ventrifuge - Cosmogonie - Laisse en ciel - Cris de corps mourants
Affréter son regard - L'âme ses noces - Elles - Non-lieu

Pour m'écrire