JEAN-LUC GODARD
POETE

Notice biographique - Bibliographie - Extraits d'ouvrages - Critiques - Liens
Ventrifuge - Cosmogonie - Laisse en ciel - Cris de corps mourants
Affréter son regard - L'âme ses noces - Elles - Non-lieu

EXTRAITS
Ventrifuge (28-29)


Chez les chevaux
là-bas sous les tropiques
seuls quelques-uns ont osé les audacieux
s'allonger démesurément le cou
pour atteindre les nuages
étouffer les orages
pour perdre parmi les étoiles leurs yeux si lumineux

et leurs jambes se sont étirées douloureusement
fatiguées de se tendre constamment sur la pointe des pieds

qu'importe si la distance s'est à peine rétrécie
cette hauteur
permet de dominer de voir venir
de savoir la mer de savoir les îles

et puis ces feuilles sur la peau
même les oiseaux parfois se trompent

les autres
par peur du ridicule par crainte de la difformité
n'ont rien tenté
qu'il est grisant de galoper par la savane
sans chercher d'où naît le vent
sans chercher à comprendre le soleil
étaient-ils avertis du danger
pouvaient-ils imaginer mouvement plus aérien que le leur



les girafes ne galopent plus elles planent presque
si élégantes si changées
que personne n'oserait croire à cette histoire

tête basse
ils se taisent les zèbres
ils savent que ce n'est pas une légende
ils ont beau se regrouper se coaliser
ils ont beau s'encourager se lécher
la terre aime trop pour ne pas laisser de marques indélébiles

ce n'est qu'au milieu des hautes herbes
qu'ils peuvent cacher leur déchéance
qu'ils peuvent faire croire à leur peau blanche
ce n'est qu'au milieu des hautes herbes

 

Extraits de

Ventrifuge - Cosmogonie - Laisse en ciel - Cris de corps mourants
Affréter son regard - L'âme ses noces - Elles - Non-lieu

Pour m'écrire